“Memory”

Le 29/06/2006

Devant les sculptures en verre de Bohumil Eliás, je me souviens de ces moments. Ces moments quand l’artiste m’a montré les sculptures pour la première fois – lors de leur création. Extasié par l’idée immédiate et plein d’enthousiasme, ces pensées coulaient et il gribouillait dans l’air ses œuvres comme il les voyait une fois achevées.
 Son courage et sa passion pour la transformation de la réalité en des œuvres contenant maintes histoires – c’est un don de Dieu hors du commun. Bohumil Eliás créait sans effort, fasciné par le
processus créatif et bien conscient de l’état d’ivresse produit par cette force magique. Il transformait les sujets de la vie quotidienne et de son environnement dans un monde de sa propre fantaisie.
L’une des sculptures, Butterfly Chaser, est de caractère tragicomique. Le papillon s’est  enchevêtré dans sa propre toile, essayant en vain d’attraper les derniers messagers de l’été. Dans la toile imaginative de l’artiste se trouvent, en tant que captures, des images du théâtre de notre monde – des gens, des sujets… ainsi que des instants éphémères des histoires humaines.
 Le personnage du pèlerin multicolore est un motif  qui revient constamment dans ses œuvres. Ce personnage qui entre à travers un corridor ouvert vers un quelque part dans l’obscurité. Pour son créateur ce personnage ambulant représentait une transformation de sa propre compulsion de courir des chemins non battus.
 Le personnage penché, résolument marchant vers le clochard, porte également un sens caché – celui de la fuite face au chaos stressant de notre existence, les rassurantes règles, hors de portée de l’éternel essaim humain et de l’effort obstiné.
 L’imagination d’Elias semble avoir puisé dans une source d’inspiration infinie. Il était traqué par une impatience et une avidité de transcrire la plupart des positions de son spectre bizarre.
Ces objets sont devant nous et, à travers la force de leur propre figuration, ils fascinent les spectateurs.
Je me souviens d’instants lorsque Bohumil lui-même était à coté des ces œuvres. Je l’entends toujours. Avec un sourire de satisfaction, il me demandait, “Ca te plait ? … Mais, attends ta prochaine visite. Je viens de commencer quelque chose de nouveau – et ce sera somptueux.”

Ivo Kren, Conservateur de la collection Studio Glass, Musée Est-Bohème, Pardubice
Avril 2006