Antoine Flux et Fixe XIX”. 2012 N°2120524

Le 13/06/2012
Il y a une « consanguinité » du verre et des matériaux céramiques ; la pâte de verre, avant de désigner un processus de mise en forme du verre, était un matériau issu de leur hybridation. 

Actuellement, je travaille à leur association, en considérant avant tout la dimension symbolique de leurs qualités physicochimiques propres. 

Le verre est une structure amorphe soumise au flux et à la réversibilité, alors que les matériaux céramiques le sont au fixe et à l’irréversibilité. 
Le verre, « fluide », renvoie au temps qui passe, durée qu’on ne peut saisir, alors que les matériaux céramiques, « fixés », renvoient au temps cristallisé de la mémoire. 

Il s’agit pour moi de me mettre à l’écoute, non pas de la terre, non pas du verre en tant que matières, mais en tant que matériaux, car c’est dans le processus même par lequel ils sont mis en forme qu’ils révèlent le sens dont ils sont porteurs. 

Pour moi, ils recèlent une idée du temps que je cherche à mettre à jour.