Etienne Pièces détachées XXII

Le 13/06/2012
Depuis la série Empreintes, j’ai toujours considéré les espaces entre les différents éléments de la sculpture comme une matière à part entière. Les intervalles laissés vides comme des joints invisibles invitent à une lecture fractionnée de la pièce et incitent le spectateur à recomposer mentalement la sculpture dans son intégrité.

Avec les Pièces détachées, je redécouvre ce jeu entre le vide et l’empreinte, où les espaces ménagés entre les fragments de la sculpture sont, à l’instar des éléments en verre, une matière négative.