Raymond Scenario à Venus

Le 19/06/2007
Chemin de traverse

Tout en préparant l’exposition pour les Archives Départementales de la Ville de Digne, j’ai découvert un chemin de traverse qui s’appelle Vénus…

Serge m’avait évoqué l’étrange fascination de Michel pour la jeune femme de Milo, perdue au bout d’un interminable couloir du Louvre…
Je voulus m’en approcher en oubliant tout ce que je savais d’elle, renoncer à l’immense corpus de rêveries engendré par cette spirale de marbre, ne plus m’attacher à rechercher les chiffres cachés dans la douceur du buste, ou l’inquiète tension du visage…
Tantôt je touche à l’opacité d’une présence irrégulière et singulière, parfois je perds la belle inconnue au profit d’un ensemble de volumes géométriques délicieusement agencés, anticipation lumineuse d’une savante composition cubiste…

J’ai commencé à faire circuler le feu et le verre autour de cette contradiction, j’ai cherché dans des miroirs convexes à capter des reflets, j’ai projeté des citations précises qui se disloquaient doucement.

Je distends les certitudes de la beauté, plus que jamais, je cerne les ambiguïtés du  verre qui traque la part d’ombre et de lumière d’une icône immémoriale…


Lurs, Hiver 2007