Jaroslav Herbe

Le 20/06/2011

Le ciel est bleu, le soleil jaune, l’herbe verte, l’ombre noire.

Souvent la précipitation de la vie nous incite à percevoir l’environnement de manière simple et bien ordonnée, comme si on parlait d’une commande de couleurs pour un artisan peintre.

 

Heureusement, il est vain de vouloir contenir dans un mot une réalité changeante et éternelle.

La prairie se compose d’une mosaïque constituée de centaines de valeurs de vert, mais aussi de jaune, de brun et de petits points aux teintes rouges, violettes, bleues…

Les ombres dans la carrière chatoient en formant des spectres allant du bleu cobalt au bleu turquoise, de petits points brillants de couleur azur, mais aussi ocre.

Il suffit de s’arrêter simplement, de contempler et de se réjouir de la beauté surprenante.