Mark Controlling Chaos

Le 13/06/2012
Qu’est-ce qui incite un artiste à choisir de travailler avec telle ou telle matière ? Est-ce la perpétuation de sa formation académique et de sa tradition culturelle qui fait office de force motrice initiale ? L’influence des forces du marché, ou le besoin d’un artiste de rejeter les conventions et d’adopter l’innovation, peuvent avoir un effet dominateur sur sa prise de décision et sa réponse créative. Peut-être cela se réduit-il simplement à la facilité d´emploi, le moyen d’aboutir à un résultat expressif et au succès évident de la communication esthétique et symbolique.

Tous les procédés tels que modelage, sculpture, coulage et assemblage sont amplement utilisés dans une seule de mes pièces. De surcroit, le fait d’être intrigué par l´effet de la luminosité, l´opacité et la couleur, ainsi que mon désir de dépeindre les surfaces de textures riches, m’ont poussé à étudier les média céramique et verre. Mes derniers narratifs tridimensionnels sont, je l’avoue, le résultat d’une personnalité psychologiquement complexe dans un environnement de travail oppressant, parfois restrictif. Cependant, malgré les circonstances difficiles et l’intensité de travail que requièrent les différents procédés, je veux - et je peux - créer des objets d’art non pas par facilité, mais par nécessité.

Controlling Chaos présente au spectateur un mélange surréaliste d’éléments figuratifs et architecturaux dans un cadre aride et caillouteux. L’élément central est un escalier en céramique reposant sur un sol fragile et fragmenté. Cet escalier, qui ne mène plutôt nulle part, joue le rôle d’une sorte d’autel rituel pour une tête pleine de cailloux. Seule et immobile, la tête en verre scrute son environnement, surveillant l’amoncellement et le stockage des mêmes obstacles de pierre que ceux qui contaminent son crâne. La présence de pierres constitue un motif familier récurrent pour suggérer un lien personnel et d’innombrables références symboliques. Elles pourraient représenter le mandat accordé à l´humanité pour manipuler notre environnement terrestre, imposer l´ordre et effectuer des changements au sein de la confusion et de la tourmente. Le rassemblement de tels fragments peut également être assimilé à la compréhension de son propre passé, des occasions manquées et de la prédominance du disfonctionnement sur le progrès. La seule voie de sortie et de répit est la porte sous l´escalier, invitant à entrer mais obstruée. Cependant, même ici, la porte entrebâillée révèle un seuil, sombre et menaçant, que les timorés ne doivent pas franchir. 

En analysant les complexités de la condition humaine par la création artistique, j’essaie, égoïstement, de satisfaire mon sens de la réussite et de la détermination. Regarder en soi et réveiller sa propre conscience, telles sont les prérogatives et raisons d’être de l’artiste. Par conséquent, j´aurai satisfait mon besoin impératif de créer et communiquer si le spectateur est poussé à l´introspection, à méditer sur le message et à participer à un « festin des sens ».